Delen
 

NEW DATES

23 JAN - 30 JAN | 2022

 

NEW DATES

23 JAN - 30 JAN | 2022

#stayconnected
#beinspired
#loveart

Baronian Xippas - Lionel Estève / Seyni Awa Camara / Tessa Perutz > 24.10.2020


04/09/2020

La galerie Baronian Xipaas est heureuse de présenter trois solos shows:
Lionel Estève.Une histoire simple
Seyni Awa Camara. Maternités
Tessa Perutz. Château de sable




Lionel Estève

Que ce soit de manière figurative ou abstraite, les visions délicates de Lionel Estève sont en général inspirées de motifs trouvés dans le monde organique de la nature et ses expériences sensuelles, sources initiales de cette créativité débridée.Depuis plus de trente ans, il aime explorer différents matériaux et techniques manuelles comme le travail du verre, la fresque, la céramique, l’aquarelle, le collage, la sculpture sous toutes ses formes. Il explore également de nombreuses techniques non académiques plus ou moins inventées afin de créer des assemblages, sculptures, mobiles et installations. Son esthétique « mix-media » inclassable, élude la rhétorique actuelle de l’art contemporain préférant évoquer un sentiment de beauté absolue. Tel un enlumineur travaillant un manuscrit, Lionel cherche à aller au-delà de la simple surface des choses grâce à l’émerveillement que provoque la présence de ses oeuvres par de joyeux artifices. 

« Je voulais faire quelque chose de simple, comme raconter une histoire et que cette histoire soit accessible à tous. Pour raconter une histoire avec des images, il faut qu’elles ne soient pas trop énigmatiques, que l’on puisse les comprendre et qu’elles semblent s’enchaîner un peu comme des séquences de cinéma muet. Cette exposition est constituée d’une suite de vingt-et-un dessins. Ce sont des dessins que j’ai fait un peu comme j’ai pu, en tordant, soudant, peignant des fils métalliques. Ce sont des dessins de sculpteur. Même si chaque dessin est autonome, ils forment comme une suite, un ordre qui fait que le temps de la narration s’écoule, qu’un protagoniste est supposé, que le fantastique est présent. Comme toutes les histoires, celle-ci est une parenthèse pour bercer les enfants sages que nous sommes devenus. »



Seyni Awa Camara

Initiée par sa mère aux techniques traditionnelles de la poterie alors qu’elle était encore enfant, sa pratique artistique s’est très vite éloignée du caractère utilitaire de l’objet pour s’affirmer en tant que recherche esthétique sur le fond et la forme. « Magicienne de la terre », les créations de Seyni Camara sont le fruit d’un long processus. L’artiste commence toujours par des sacrifices aux esprits, à qui elle formule le souhait de voir apparaître en songe les formes à illustrer dans ses statuettes. Dès le lendemain matin, l’artiste s’enferme dans son atelier et commence à modeler les formes qui s’enchaînent dans sa tête. Après la préparation de la terre, Seyni Camara se met à façonner, petit à petit, les images et personnages qui peuplent son esprit. De nombreuses statues, aux formes complexes, prennent plus de dix jours à être réalisées. Le processus final de cuisson de la terre est réalisé selon une méthode ancestrale, les statues étant d’abord cuites au feu de bois pendant plus de trois heures, avant d’être immergées à chaud dans un liquide obtenu de gousses d’arbre putréfiées. C’est cette dernière étape qui donnent la couleur et la résistance de ses sculptures. 

Les sculptures de Seyni Camara représentent très souvent des femmes enceintes, des figures maternelles entourées de nombreux enfants. Ses créations semblent être un exutoire, la révélation du théâtre de ses pensées intimes : un imaginaire animisteinspiré par la nature, les contes locaux et s’articulant autour des thèmes de la maternité et la sexualité.
--
Seyni Awa Camara est née vers 1939, à Diouwent, près d’Oussouye, en Casamance. Elle vit et travaille à Bignona, au Sénégal. Elle a participé notamment à l’exposition les « Magiciens de la Terre » au Centre Pompidou en 1989. Ses oeuvres furent également exposées à la Biennale de Venise, au Museum of Fine Art de Houston et à la Pinacothèque Giovanni et Marella Agnelli à Turin. En 2015, Fatou Kandé Senghor réalisa un film documentaire, Giving Birth (Donner Naissance), présenté à la Biennale de Venise. Ce documentaire est l’un des rares témoignages à dévoiler la complexité de Seyni : son extravagance timide, ses excentricités artistiques. Adepte des accessoires flashy, des films de kung-fu et des accoutrements inattendus, on découvre la douceur et la légèreté de cette grande dame.



Tessa Perutz

Le travail de Tessa allie de nombreux matériaux et motifs récurrents : le ginkgo, la fleur d’hibiscus, l’eucalyptus, la lavande. Leurs vertus curatives renvoient à une réflexion subtile mais omniprésente sur la notion de vie et de mort, ainsi que sur la régénération.
Les fleurs de lavande méticuleusement collées forment des lignes continues, qui composent ses fameuses scènes opaques et aplaties. Il s’agit d’oeuvres sur papier, ainsi que de montages sur miroirs et d’autres surfaces. Il y a un tapis composé de centaines de palettes de peintures. Un banc rouge laqué par ses soins aux angles audacieux. De la peinture sablonneuse. Des aquarelles. Et soudain, il y a des gens. Un paysage de corps. Une abstraction à forme humaine.

« Pour moi, le travail à partir de la forme humaine émane de la même démarche que ma fascination pour les motifs naturels et géographiques. Je peins pour explorer comment les choses sont liées à la nostalgie et comment elles se font mutuellement écho, de manière symbiotique. Cette idée de recommencer les choses, de grandir, explique peut-être mon attachement aux séries. Je veux réitérer sans cesse l’expérience, plonger plus profondément et contempler. »

CONTACT
2 Rue Isidore Verheyden
B-1050 Brussels
T +32 (0)2 512 92 95 I info@baronianxippas.com I www.baronianxippas.com